Centre de Loisirs des Landes, 6 chemin de la motte 92150 Suresnes

L’ADN de la fête populaire de fin de semaine du Mont valérien mute pour donner une visibilité aux couleurs du département congolais de la Bouenza.

Ce samedi 20 juillet, les sonorités et les saveurs seront celles de la Bouenza, un événement offert gratuitement au public. De 16 h à 22 h, les participants vivront des moments intitulés « Au fil des couleurs de la culture de la Bouenza ». Son contenu a été concocté par les organisateurs au service du « mieux vivre ensemble », une manière de combattre le repli sur soi et l’égoïsme durant la période estivale.

 

Sur fond sonore de la musique de Dana, le public vivra en interactivité la présentation des spécialités culinaires de chaque tribu. Ainsi, par exemple, selon les spécialités, chacun proposera une dégustation de ses plats. Les Kuni,  mbalapinda-mbouata ; Les Kambale nkasa, Les Dondo et Soundiles haricots-buki  enfin Les Bembé et Les Mikenguéle ngouba mu minkimbou et l’incontournable Ngoulou mu mako.

 

Entre deux dégustations, les associations disposeront d’un temps de passage à la tribune pour présenter leurs structures. Pour une grande partie, elles regroupent en leur sein des artistes, des sportifs, des écrivains, des entrepreneurs, tous épris du désir de mutualisation des efforts pour l’entraide, ici en France, et là-bas au Congo.

 

Après le temps de parole, s'en suivra une séquence de danses Folkloriques. Là également, qu’il s’agisse des Kuni, des Kamba avec le kodobo, des Dondo et des Sundi avec le ndaba ou des Bembé et Mikengué pour des pas de ngoma na mukonsi, le balka et le muntunta kiburikiri, les moments de retour aux sources s’annoncent vibratoires, précisent les organisateurs.

 

Puisque nos cultures vacillent entre tradition et modernisme, les artistes de la nouvelle génération ont tenu à honorer cette soirée. Parmi ceux qui ont déjà confirmé, nous pouvons citer : Chiden de Mbuta, Kaly Djatou, Dana, Fernand Mabala et Maître Jolle qui sera en dédicace de son nouvel album, Cadence ya sika.

 

Ainsi, « L’intermède du 20 juillet doit se vivre sur place comme un avant-goût de notre Fête nationale »,indique Cyriaque Bassoka, un des promoteurs de la Guinguette Africaine de Suresnes.

 

 

Auteur : Marie Alfred Ngoma

(source : www.adiac-congo.com)